Festival d'Astronomie de Fleurance

26éme Festival d'Astronomie de Fleurance
Du 6 au 12 août 2016




Fil Noir

Ce cycle s’adresse à des auditeurs possédant une solide formation en mathématiques appliquées à la physique et à l’astrophysique. Une bonne maîtrise de cette discipline est, par conséquent, fortement recommandée pour pouvoir l’aborder de façon utile.

Âmes sensibles, s'abstenir !!

Dimanche 7 de 14h30 à 16h30
Lieu :  Communauté de communes - Salle des élus
Transition de phase et défauts topologiques : de la matière condensée à la cosmologie

Transition de phase et défauts topologiques : de la matière condensée à la cosmologie
Le passage de l’eau de l’état liquide à l’état solide est un fait bien connu de la vie quotidienne. De manière plus générale, de nombreux phénomènes physiques résultent de ce que les physiciens appellent une transition de phase. Nous essaierons d’expliquer ce mécanisme et ses conséquences, en particulier la création de défauts topologiques, à travers des exemples variés : des cristaux liquides à l’hélium superfluide en passant par le mécanisme de Higgs et les cordes cosmiques.
par Sébastien RENAUD-PETEL

Sébastien RENAUX-PETEL est chercheur du CNRS à l’Institut d’Astrophysique de Paris. Ses recherches portent sur la cosmologie théorique, en particulier l’Univers primordial. Il a reçu le Prix du Jeune chercheur en 2010.

Lundi 8 de 14h30 à 16h30
Lieu :  Communauté de communes - Salle des élus
Des espaces probabilistes pour l'espace

Des espaces probabilistes pour l'espace
En 1774, l'astronome et mathématicien Pierre-Simon de Laplace calculait la probabilité que le soleil se lève le lendemain. En 2016, les astronomes Agnès Fienga, Jacques Laskar, Hervé Manche et Mickael Gastineau indiquent les zones où il est probable qu'une neuvième planète se trouve. Pour comprendre ces exemples d'utilisation des probabilités (et beaucoup d'autres) et savoir les interpréter, il est nécessaire de dégager les notions mathématiques d'espace probabilisé et de mesure de probabilité. Dans cette séance, on cherche à montrer pourquoi la formalisation mathématique est féconde et comment on peut tenir compte des informations à notre disposition pour construire des modèles probabilistes pertinents.
par Roger MANSUY

Enseignant de mathématiques et d'informatique en Classes Préparatoires au lycée Louis-le-Grand, président du comité de Culture Mathématique de l'Institut Henri Poincaré, ancien rédacteur en chef du magazine Quadrature, Roger MANSUY a soutenu une thèse de probabilités (plus précisément de calcul stochastique) sous la direction de Marc YOR. Il est passionné par toutes les questions de diffusion des connaissances scientifiques et mathématiques auprès des jeunes motivés et du grand public.

Mardi 9 de 14h30 à 16h30
Lieu :  Communauté de communes - Salle des élus
La dualité en physique

La dualité en physique
Le concept de dualité, c’est-à-dire l’équivalence entre des systèmes physiques a priori distincts, irrigue toute la physique. Nous essaierons d’en montrer la richesse et la beauté à travers des exemples issus de l’électromagnétisme, de la physique statistique ou encore de la théorie des cordes.
par Sébastien RENAUD-PETEL

Sébastien RENAUX-PETEL est chercheur du CNRS à l’Institut d’Astrophysique de Paris. Ses recherches portent sur la cosmologie théorique, en particulier l’Univers primordial. Il a reçu le Prix du Jeune chercheur en 2010.

Mercredi 10 de 14h30 à 16h30
Lieu :  Communauté de communes - Salle des élus
Comment courber l'espace-temps avec des électro-aimants ?

Comment courber l'espace-temps avec des électro-aimants ?
Des quatre forces qui régissent l'univers, la gravitation est la seule que l'homme n'a pas encore réussi à générer puis à contrôler en laboratoire. S'appuyant sur le principe d’équivalence d'Einstein, on montrera comment les électro-aimants ne sont pas seulement des générateurs de champs magnétiques mais également des générateurs de gravité. Bien qu’extrêmement faibles, les champs gravitationnels associés aux aimants de haute puissance doivent être présents, sinon la théorie d’Einstein serait en danger. Les détecter ouvrirait à des tests inédits de cette théorie.
par André FÜZFA

Docteur en physique, André FÜZFA est professeur à l'Université de Namur en Belgique où il enseigne la relativité générale. Il est spécialiste de  gravitation relativiste et de cosmologie. Il est aussi très actif dans la diffusion des connaissances et a reçu le prix Wernaers 2013 pour ses travaux de vulgarisation en cosmologie.

Jeudi 11 de 14h30 à 16h30
Lieu :  Communauté de communes - Salle des élus
Algo-astronomie

Algo-astronomie
Que cela soit pour les corrections des instruments de mesure ou pour l'analyse en temps réel des images du rover Curiosity sur Mars, les algorithmes sont devenus omniprésents (et plus seulement pour calculer des éphémérides). Mais savons-nous réellement ce qu'ils sont ? Cet exposé propose de reprendre les bases de la science algorithmique (calculabilité, terminaison, complexité) puis de décortiquer entièrement un algorithme non élémentaire (sous-tableau maximum) récemment implémenté pour traiter massivement des données de radio-astronomie.
par Roger MANSUY

Enseignant de mathématiques et d'informatique en Classes Préparatoires au lycée Louis-le-Grand, président du comité de Culture Mathématique de l'Institut Henri Poincaré, ancien rédacteur en chef du magazine Quadrature, Roger MANSUY a soutenu une thèse de probabilités (plus précisément de calcul stochastique) sous la direction de Marc YOR. Il est passionné par toutes les questions de diffusion des connaissances scientifiques et mathématiques auprès des jeunes motivés et du grand public.